Est-ce toujours la faute de l’arthrose ?

Découvrez ce qu'est l'arthrose et les moyens pour éliminer ses symptômes.

Par Sébastien Plante

L’arthrose n’est pas maladie. C’est un processus normal de vieillissement qui consiste en une dégénérescence progressive du cartilage dans une articulation. L’arthrose diffère complètement de l’arthrite; bien des gens confondent souvent ces deux termes. L’arthrite est une maladie inflammatoire avec ankylose et parfois déformation de certaines articulations; tandis que l’arthrose est une simple usure du cartilage. Comme le cartilage n’est à peu près pas vascularisé, lorsqu’il s’use, il ne se régénère pas. Si votre posture n’est pas adéquate, les contraintes sur certaines articulations seront plus grandes, le cartilage s’usera davantage et vous serez atteints d’arthrose précocement. Certaines articulations du corps sont prédisposées à souffrir d’arthrose comme les régions lombaire et cervicale, les genoux et les mains. Cependant, l’arthrose n’est pas nécessairement reliée à l’apparition de douleurs, loin de là. Des milliers de gens sont atteints d’arthrose et n’éprouvent aucune douleur. Si vous consultez pour une douleur chronique, que vous avez moins de 50 ans et que vous sortez du bureau du professionnel avec un diagnostic d’arthrose comme cause de vos douleurs, ne considérez pas ce diagnostic comme final mais plutôt comme étant un point de départ dans votre recherche de solutions. Lorsqu’un problème survient et que le professionnel a de la difficulté à comprendre la cause, il arrive parfois qu’il accuse l’arthrose ou un virus quelconque pour expliquer les symptômes du patient.

Il faut que les symptômes du patient, l’examen clinique et les radiographies concordent pour que l’on puisse accuser l’arthrose d’être la cause des douleurs. Si c’est le cas, sachez que les conséquences de l’arthrose (raideur, ankylose, douleur) peuvent être traitées. Certains conseils pourront vous aider grandement à contrôler vos douleurs. De plus, certains produits naturels peuvent aider à stabiliser le processus de dégénérescence.

 -Arthrose aux genoux : d’abord, elle sera pratiquement toujours bilatérale. Si vous n’avez pas eu de blessure particulière à un genou, il est fort peu probable que vous souffriez d’arthrose seulement d’un côté car votre poids est normalement réparti sur les 2 côtés. Si vous souffrez de douleurs à un genou uniquement et que l’on diagnostique de l’arthrose, je vous suggère de consulter en physiothérapie ou en ostéopathie car il existe probablement un problème mécanique sous-jacent qui accompagne l’arthrose; soit du genou, de la cheville, de la hanche ou du bassin. Dans le cas d’une atteinte bilatérale, perdez du poids si vous souffrez d’embonpoint : car cela réduira la force de compression sur vos genoux. Évitez de vous mettre en position accroupie et évitez tout effort avec vos jambes lorsque vos genoux sont fléchis en-dessous de 90 degrés. Évitez d’appuyer vos genoux directement par terre. Renforcez beaucoup vos quadriceps : plus ils seront forts, plus vos genoux seront stables et plus vous protégerez vos surfaces articulaires. Faites du leg extension de 0 à 30 degrés uniquement pour prévenir le frottement fémoro-rotulien. Faites du vélo stationnaire et allez à la piscine régulièrement. Finalement, si malgré tous ces efforts vos douleurs persistent, il existe maintenant des injections de Synvisc (fait par un orthopédiste) pour aider à augmenter la lubrification dans le genou et, dans plusieurs cas, cette intervention s’avère efficace et prévient un remplacement du genou par prothèse totale. Parlez-en à votre orthopédiste. -Arthrose au dos : Perdez du poids pour les mêmes raisons que dans le cas de l’arthrose aux genoux. Faites des exercices qui favorisent la flexion lombaire, ce qui aura pour effet de diminuer la compression sur les facettes articulaires des vertèbres. Plusieurs exercices sont recommandés : touchez au sol en vous penchant vers l’avant, ou encore couchez-vous sur le dos et pliez vos jambes sur votre poitrine pour former une petite boule. Évitez tout exercice d’extension qui produira l’effet contraire. Pour les gens atteints de sténose lombaire, les mêmes recommandations sont valables. Les tractions vous feront du bien, suspendez-vous souvent par les mains et laissez le poids de votre corps étirer votre colonne. Une technique très efficace que j’enseigne souvent est la suivante : couchez-vous sur le dos, les genoux fléchis. Demandez à votre conjoint ou un ami de s’asseoir à vos pieds et utilisez un drap que votre conjoint passera derrière vos jambes et autour de sa taille. Attachez le drap solidement par un nœud. Votre conjoint n’a qu’à s’asseoir sur ses genoux et le poids de son corps suffira à tracter votre région lombaire. Ce n’est pas forçant pour le conjoint et vous pouvez garder cette traction aussi longtemps que vous le désirez et recommencez au besoin. Cette technique est également très efficace pour 80% des problèmes lombaires, pour les problèmes discaux et pour les femmes enceintes. Elle permet l’écartement des vertèbres lombaires, diminue la pression sur le disque, étire les muscles profonds spasmés ou rétractés et augmente la vascularisation locale. -Arthrose cervicale : les tractions vous feront également beaucoup de bien. L’assouplissement de la chaîne musculaire cervicale postérieure est l’un des exercices les plus efficaces pour éliminer les douleurs cervicales. Tous ces exercices sont illustrés et détaillés dans le livre best-seller « Vaincre la douleur et la maladie » publié par Québécor. Le renforcement isométrique des muscles pré-vertébraux est également efficace dans certains cas de syndrome facettaire. C’est le principe de l’inhibition réciproque : la contraction d’un muscle relâche son antagoniste. Au niveau cervical, les muscles extenseurs sont en contraction constante étant donné la ligne de gravité passant en avant de l’axe de mouvement des articulations cervicales. De plus, on retrouve parfois un déséquilibre entre les muscles fléchisseurs et extenseurs. Couchez-vous sur le dos et soulevez la tête légèrement pour la décoller du sol en gardant le menton collé sur votre poitrine. Tenez la contraction 5 secondes, puis relâchez; répétez 15 fois. Assurez-vous de bien respirer tout au long de l’exercice.

 

Author: Sébastien Plante

Share This Post On

Pin It on Pinterest

Share This