La spiritualité et le bien-être

Cet article n’engage que les opinions de son auteur et ne reflètent en rien les positions de Artdubonheur.com.  

La spiritualité à la rescousse du bien-être

 

Le personne qui souffre doit se créer le projet de guérir et croire en sa guérison. C’est important de croire en force supérieure qui nous guide et nous protège. En effet, plusieurs études ont clairement démontré, hors de tout doute, que le fait de croire en sa guérison déclenche des réactions neurophysiologiques et hormonales au niveau du cerveau qui stimulent le processus de guérison et favorisent le bien-être. Une des raisons pour lesquelles il y a tant de gens qui souffrent aujourd’hui est que beaucoup de gens ont perdu la foi, c’est-à-dire l’amour de Dieu. Derrière chaque personne désagréable, agressive, dépressive, … il y a une personne qui ne demande qu’à être aimée. Nous avons l’habitude de juger les gens beaucoup trop rapidement sur leur comportement alors que nous ne connaissons rien de leur passé et de leur souffrance qui les ont amené à perdre la foi. Apprenez à pardonner et à comprendre au lieu de juger les gens et aidez-les à retrouver le chemin de l’amour.

 

Voici une histoire qui m’a été raconté par un homme que j’admire et qui m’a fait beaucoup réfléchir. Un jour, un homme vient offrir ses services pour travailler sur une ferme. Il est 8h a.m. Le fermier lui offre 100$ pour travailler jusqu’à 17h. L’homme en est ravi et accepte sans hésitation. À 11 h a.m. un autre homme arrive sur les lieux et demande lui aussi s’il y aurait possibilité de travailler. Le fermier lui répond qu’il y a amplement de travail pour tout le monde et lui offre 100$ pour travailler jusqu’à 17h. L’home en est ravi et accepte. À 14h, il arrive un troisième homme avec la même demande et le fermier lui offre lui aussi 100$ pour travailler jusqu’à 17h. Les trois hommes sont ravis jusqu’au moment où le premier compare sa récompense avec le 2e et le 3e homme. Il s’empresse de dire au fermier : « ce n’est pas juste que le 3e homme ait reçu autant d’argent que moi alors que j’ai travaillé toute la journée ». Le fermier lui répond : « tu étais pourtant ravi de mon offre ce matin à 8h a.m. ». Quelle est votre définition de juste et équitable ? Pourquoi le premier homme a un ressentiment d’injustice ? Parce qu’il a comparé sa somme d’argent avec le 3e homme tout simplement. S’il n’avait jamais comparé son dû, il n’aurait jamais éprouvé une sensation  d’injustice. Les gens éprouvent souvent des déceptions lorsqu’ils commencent à comparer leur vie, leurs biens, leur relation amoureuse et professionnelle, … avec celle des autres. Ce n’est que l’interprétation de notre vie qui fait en sorte que nous sommes malheureux ou non. Cessez de vouloir toujours vous comparer aux autres et appréciez ce que vous avez. La vie est un cadeau qui nous est donné pour une période de temps déterminée. Vous avez tous la capacité d’accomplir de belles choses et de grandes réalisations. Certains ont reçu dans leur vie un cadeau plus gros que d’autres. Profitez simplement de ce cadeau qui vous est donné pour le temps qu’il vous est donné.

 

On pourrait penser que Dieu est injuste car nous ne naissons pas tous égaux. Encore une fois, cela correspond à votre définition de ce qui est juste ou pas. Dieu nous a tous créé égaux dans le sens qu’il nous aime tous de la même façon et qu’il ne nous abandonnera jamais. On naît tous avec une bonté intérieure et un inconditionnel car nous sommes des enfants de Dieu. Tout enfant aime son père et sa mère de façon instinctive et naturelle car c’est un être d’amour. On est donc tous des enfants de Dieu car nous possédons tous sans exception cette qualité à la naissance. Cette bonté est parfois enterré et  nous éloigne de Dieu en vieillissant par les divers conflits que nous avons vécu, par une mauvaise éducation que l’on reçoit, de mauvaises fréquentations, nos souffrances et nos expériences malheureuses, … Nous n’avons pas tous la même chance d’être élevé dans l’amour et le respect. Mais vous avez tous la possibilité de changer et de retrouver cette bonté intérieure. Les gens qui y parviennent vivent heureux.

 

Un autre point commun qui réunie tous  les êtres humains est de croire en un Dieu ou à une force supérieure. Il est surprenant de constater que partant d’un point de départ identique, c’est-à-dire l’histoire de Jésus qui a véritablement existée il y a 2000 ans, est né différentes croyances, différents point de vue et différentes religions. Vous êtes-vous déjà posé la question à savoir pourquoi cet événement unique il y a 2000 ans a engendré tant de disparité à travers les différentes cultures et populations. La réponse est très simple : cette constatation découle principalement de l’interprétation qu’on fait les hommes de cet événement unique, de l’interprétation des symboles qui ont été fabriqués pour illustrer des abstractions et de la politisation de la religion. Chaque culture et groupe d’individu ont interprété à leur façon l’histoire de Jésus et ont développé leurs propres croyances. De plus, l’intégration de la politique au monde religieux a en quelque sorte corrompu certaines religions, certains principes et a engendré une diversification des croyances, d’où l’apparition d’une multitude de religion. La religion représente simplement une croyance que l’on adhère et des valeurs que l’on applique dans la vie de tous les jours. Il y a des questions existentielles auxquelles nous ne pourrons jamais répondre de notre vécu. La vie est remplie d’éléments d’incertitude. Ces incertitudes sont cependant sujettes à diverses interprétations, opinions, et engendrent différentes croyances. Le regroupement de gens qui partagent les mêmes croyances forme une religion. C’est pour cette raison qu’il y a tant de religions dans le monde. Pourtant, il est surprenant de constater que malgré les propres caractéristiques et particularités qui distinguent chaque religion, elles ont pratiquement toutes les mêmes valeurs fondamentales communes : tu aideras ton prochain, tu aimeras ton Dieu, tu ne feras pas de mal, tu ne tueras pas, tu ne voleras pas, … Les petites particularités qui les distinguent représentent parfois des banalités. C’est comme définir si un ange est masculin ou féminin,  si Dieu est une femme ou un homme, … C’est un peu s’enfarger dans les fleurs du tapis. Qui a défini l’enfer comme un endroit brutal avec du feu et de la souffrance? Ce n’est encore une fois qu’une image et une de l’homme. Qui a défini la noirceur comme étant quelque chose de noir ? Ce n’est qu’un concept qui représente l’absence de lumière. Au même titre que l’enfer représente tout simplement l’absence de Dieu, c’est-à-dire l’absence de l’amour de Dieu. Ce ne sont que des interprétations de l’homme et des réflexions sur des banalités qui nous éloignent du véritable message de Dieu : « Aimez-vous les uns les autres ».

Sébastien Plante

www.sebastienplante.ca

Author: Sébastien Plante

Share This Post On

Pin It on Pinterest

Share This