Matelas, sommiers et oreillers – Magazine Mieux-Être

Matelas, sommiers et oreillers: Nous vous aidons à faire votre choix

Vous pensez à vous procurer de nouveaux matelas, sommier et oreiller, mais vous ne savez pas comment faire votre choix ? Mieux-Être vous aide à prendre la bonne décision.

Par Andréanne Brault

Puisque nous passons plus ou moins huit heures par jour dans notre lit, il est important de choisir des matelas, sommier et oreiller qui nous conviennent. Nous vous donnons ici quelques conseils et suggestions, que vous préfériez opter pour le synthétique, l’écologique ou l’antiallergique.

Qu’est-ce qu’un bon matelas ?

Vous devez choisir votre matelas en fonction de votre poids, de votre taille et de vos préférences. Selon l’ostéopathe Gilles Marier, un bon matelas doit être droit et ne doit pas faire de creux. « Ce n’est pas vrai que plus un matelas est dur mieux c’est, car s’il est trop dur, les gens ont des tensions dans le dos. »

La chiropraticienne Mireille Duranleau ajoute qu’un bon matelas permet à la musculature de se relâcher pendant la nuit. « Il doit épouser les courbes de la colonne vertébrale et du corps. Si c’est trop mou, la musculature se contracte parce qu’il n’y a pas assez de soutien pour la masse osseuse, et si c’est trop ferme, elle ne peut pas se relâcher. »

La fermeté de la base du matelas et le niveau de souplesse en surface sont deux critères à surveiller, selon le président de l’Association des physiatres du Québec, Marcel Morand, qui vous conseille de choisir un matelas ferme, doté d’un surmatelas souple. « Il lui faut assez de fermeté pour rester droit et assez de souplesse pour réduire les points de pression. »

Les matelas à ressorts : pour ou contre ?

La conseillère de la boutique Tout pour le dos Odile Mainville vous conseille d’éviter les ressorts, qui exercent pression trop forte sur le corps et creusent rapidement. Jason Wright, chargé du marketing pour Essentia, ajoute que les personnes allergiques aux acariens devraient éviter les ressorts, car la poussière s’y accumule.

Pour sa part, la chiropraticienne préfère les matelas à ressorts, qui s’adaptent, selon elle, plus rapidement à la position que l’on prend.

Les ressorts de type Bonnell sont tous attachés ensemble et bougent en même temps. Ils offrent un bon soutien, mais on sent les mouvements et ils causent beaucoup de points de pression.

Les ressorts à fil continu sont attachés de haut en bas. Lorsque vous bougez, le mouvement se répercute seulement sur vous. Ces matelas offrent un meilleur soutien parce que les ressorts sont plus rapprochés au centre.

Il existe aussi des matelas à ressorts ensachés, attachés les uns aux autres. Ce type de matelas épouse davantage la forme du corps et on ne sent pas les mouvements du conjoint. Le directeur régional des ventes pour la Rive-Sud chez Dormez-Vous, Louis-Martin Despa, vous les recommande, même s’ils sont un peu plus chers.

Un bon ressort doit avoir un calibre (grosseur) de 13 à 14,5. Un matelas de lit très grand (queen) est de très bonne qualité s’il contient 800 ressorts et plus.

Les matelas en mousse ou en latex

Un matelas en « mousse mémoire » doit en contenir un minimum de trois pouces (7,6 cm) d’épaisseur, avec une densité d’au moins 5,3  par pied cube. Un minimum de six pouces (15 cm) est requis pour un matelas seulement en latex. S’il est en latex et en mousse, il doit contenir trois pouces (7,6 cm) de latex et une base de mousse de triple densité d’au moins 2,5 livres par pied cube.

Les matelas en latex et ceux qui sont en mousse mémoire sont les plus durables, mais ils coûtent plus cher que ceux qui sont fabriqués avec des ressorts.

Avec ou sans sommier ?

Odile Mainville croit qu’il n’est pas nécessaire de vous procurer un sommier si vous possédez une bonne base de lit et que vous optez pour un matelas en mousse. Toutefois, il est fortement recommandé d’acheter un sommier si vous avez un matelas à ressorts. Certains magasins incluent le sommier dans le prix du matelas. Il existe différentes sortes de sommiers : à ressorts, en bois, en mousse et à lattes.

Le directeur des ventes de Dormez-Vous croit qu’il est préférable de toujours utiliser un sommier. « Il prend 75 % du choc à chaque fois que l’on se couche. Si vous n’en utilisez pas, cela diminue d’un an ou deux la durabilité du matelas. »

Lisez la suite de cet article dans le numéro 34 (décembre 2009) du magazine Mieux-Être
Share This Post On

Pin It on Pinterest

Share This