Michael J. Fox, après le rêve, la réalité – Magazine Mieux-Être

MichaelJ. Fox, après le rêve, la réalité

PAR LOUISE MOREAU

Michael J. Fox, le célèbre acteurd’Hollywood, se bat depuis dix-huit ans contre un ennemi de taille : le parkinson. Malgré la maladie qui le ronge, il a trouvé le bonheur auprès de sa compagne des vingt dernières années et de ses quatre enfants. Dans son nouveau livre Always looking up – The adventuresof an incurable optimist (Toujours plus haut – Les aventures d’un incurable optimiste), il se dévoile en se présentant à la fois fort et fragile, et enmontrant que l’espoir est son moteur face à la vie elle-même.

Né à Edmonton, en Alberta, Michael J. Fox a décidé à 18 ans de tenter sa chance au cinémaen déménageant à Los Angeles. Il suffira de trois années d’attente pour obtenir le rôle qui lui permettra de démontrer son vrai talent d’acteur. Il jouera dans Family Ties pendant plusieurs années, jusqu’au jour où ce sera la consécration sur grand écran (1985) avec son célèbre rôle de Marty McFly dans la triologie Retour vers le futur (Back tothe future).

Quand la maladie frappe

En 1991, la vie de Michael J. Fox bascule : il apprend qu’il est atteint du parkinson, maladie neurologique dégénérative. Sa maladie n’est pas dévoilée au grand public avant 1998 alors qu’il tient un rôle d’importance dans la série télévisée Spin City. Au pic de sa carrière, il doit tirer sa révérence. Il choisira d’épouser la cause des gens atteints de parkinson. Il dira plus tard dans son autobiographie qu’il ne serait pas l’homme qu’il est aujourd’hui s’il n’avait pas eu cette maladie. « Je ne sais pas si j’écrirais ou si je voyagerais comme je le faisprésentement. » Par l’écriture, Michael J. Fox peut rejoindre des milliers de personnes qui souffrent en silence. Après son succès sans précédent Lucky Man, il publiera Always looking up. The adventures of an incurable optimist. Ce livre relate les dix dernières années de sa vie à partir du moment où il a quitté, non sans douleur, la série télévisée Spin City.

Un livre plein d’espoir

Michael J. Fox veut nous présenter ce livre sous un angle positif, ce qui correspond bien à sa vision de la vie. Dès le début de sa maladie, même si vivre avec le parkinson demande desajustements, Michael J. Fox se voit contraint d’admettre que sa situation est peut-être différente des autres personnes qui en sont atteintes. « Ma famille, ma situation financière et ma popularité auprès du public m’ont donné un énorme avantage sur les autres malades. »

Affronter le quotidien

Pour Michael J. Fox, vivre au jour le jour est une lutte de tous les instants, contre lui-même et contre la maladie qui le décime. Dès le réveil, la bataille commence entre son corps et son esprit. « Techniquement, mon corps est seulement tranquille lorsque mon cerveau est complètement au repos. Au réveil, avant que ma conscience ne réalise ce qui se passe, mon corps a déjà l’instruction de faire des spasmes musculaires et de se contorsionner. Il est alors impossible de me rendormir. »

Il nous raconte que ses pieds, qui se tordent sous les crampes, donnent l’impression d’être en perpétuelle bataille l’un contre l’autre. Afin de les maîtriser, il doit rapidement les mettre dans les chaussures au sol pour qu’ils reprennent une forme convenable et lui permettentde se lever. Ce simple geste ne se fait pas sans souffrance. La journées’annonce difficile, comme toujours.

Ce n’est que le début de l’aventure ! Lapartie qui se jouera dans la salle de bains est une autre paire de manches. On ne peut pas imaginer le temps que cela peut prendre pour une personne atteintede parkinson de mettre du dentifrice sur une brosse à dents. « Ma main gauche doit guider ma main droite pour la conduire jusqu’à ma bouche », admet Michael J. Fox. À cause du mouvement incontrôlable de ses mains, chaque matin, il doit décider si se raser est une bonne ou une mauvaise idée.

Tous les jours, il doit passer à travers denombreuses contraintes physiques, mais il se bat avec la même assurance et la même détermination.

Tel que le déclare Michael J. Fox dans son livre, avant la maladie de Parkinson, il y avait le Michael acteur, ensuite est arrivé le Michael acteur qui a le parkinson et maintenant le Michael tout court qui vit avec le parkinson. En prenant du recul, Michael J. Fox est conscient que le parkinson a rongé sa carrière. Que lui restait-il après ? « J’ai eu à me reconstruire une nouvelle vie, alors que celle que j’avais avant me convenait parfaitement. » Réponse d’une personne optimiste quivoit devant elle plutôt que derrière, qui veut vivre dans le présent plutôt que dans le passé.
 
Lisez la suite de cet article dans le numéro 35 (janvier-février 2010) du magazine Mieux-Être
Share This Post On

Pin It on Pinterest

Share This