Sarrasin, Nicolas – Contrer les distorsions cognitives – 3

Comment ne pas faire soi-même son propre malheur ?

Contrer les distorsions cognitives – 3

Par Nicolas Sarrasin, auteur, formateur et conférencier

Article paru dans le magazine Vivre, vol. 5(1), 2005, p. 42-45.

Confirmer seulement nos hypothèses

Très souvent, lorsque nous essayons d'expliquer quelque chose, nous avons déjà petite idée de la réponse ou du moins quelques pistes pour trouver cette explication. D'un côté nos hypothèses dirigent notre recherche d'informations et, de l'autre, nous essayons de confirmer nos hypothèses. Cette manière de raisonner ne nous fournit pas toujours des conclusions valides… Par exemple, si mon hypothèse consiste à croire que j'échouerai dans tous mes projets, je chercherai des souvenirs qui prouvent que je suis un incapable et j'anticiperai sans cesse de nouvelles difficultés. À la place, je peux me souvenir de mes succès qui me prouvent tout le contraire !

La prédiction qui se réalise d'elle-même

La prédiction qui se réalise d'elle-même est une croyance qui finit par se confirmer tellement nous y portons attention. Par exemple, Marc est convaincu qu'il ne réussira jamais à obtenir l'emploi de ses rêves. À cause de cette conviction, il manque d'initiative et de motivation. Lors d'une entrevue, son anxiété est telle qu'il bafouille… et il n'obtient pas l'emploi. Plus tard, lorsqu'il repense à son échec, il se dit qu'il savait bien que les choses se dérouleraient ainsi. Mais est-ce bien le cas ? L'échec de Marc n'aurait-il pas plutôt été influencé par sa conviction profonde en son inaptitude.

Les stéréotypes et les préjugés

Les stéréotypes sont des informations que nous avons en mémoire et qui nous permettent de reconnaître rapidement des gens et des situations. Si la plupart du temps les stéréotypes sont utiles et nous aident à bien réagir aux événements, ils ne sont pas toujours valides. Véritable simplification de la réalité, ils généralisent des informations beaucoup plus complexes. C'est à ce moment que les stéréotypes deviennent des préjugés. Par exemple, un préjugé consisterait à croire que les Mexicains sont tous paresseux parce que nous leur associerions le stéréotype de la sieste sous un immense sombrero. Cela ne décrit pourtant pas leur situation réelle ! Puisque les préjugés proviennent d'informations insuffisantes, ils risquent de nourrir de fausses croyances qui peuvent parfois mener jusqu'au racisme.

Il va sans dire que les distorsions cognitives engendrent de nombreuses conséquences négatives. Mais pouvons-nous faire quelque chose pour améliorer la situation ?

Author: Nicolas Sarrasin

Nicolas Sarrasin est l’auteur de plusieurs livres de psychologie et de développement personnel dont il offre maintenant l’ensemble du contenu gratuitement sur son site. Obtenez son ebook (pdf de 60 pages) et son programme « Objectif Développement », tous deux gratuits, à partir de cette page: www.nicolassarrasin.com/ressources.

Share This Post On

Pin It on Pinterest

Share This