Sarrasin, Nicolas – Contrer les distorsions cognitives – 4

Comment ne pas faire soi-même son propre malheur ?

Contrer les distorsions cognitives – 4

Par Nicolas Sarrasin, auteur, formateur et conférencier

Article paru dans le magazine Vivre, vol. 5(1), 2005, p. 42-45.

Comment nous débarrasser des distorsions cognitives ?

Il existe heureusement un excellent moyen d'apprivoiser les limites de notre cerveau. Il s'agit de remettre en question ces conclusions erronées en nous détachant de nos propres pensées pour corriger leur issue négative. Voici les deux étapes principales à suivre pour nous aider à utiliser ce fantastique outil qu'est le cerveau.

1. L'identification

Cette étape nous fait prendre conscience des moments où nous sommes victime de distorsions cognitives et nous aide à savoir desquelles il s'agit. Voici quelques indices qui permettent de savoir que quelque chose se trame :

  • Nous nous sentons souvent triste et submergés d'émotions négatives sans réussir à en identifier clairement la source.
  • Nous réagissons fortement aux situations qui nous concernent.
  • Nous avons tendance à nous déprécier et à croire que les autres ont plus de valeur que nous (dévalorisation).
  • Le contenu de nos pensées est négatif et verse facilement dans l'excès selon les sujets ou les événements ; nous ruminons ces pensées, évoquons des événements que nous avons de la difficulté à accepter, etc.
  • Nous entretenons du ressentiment envers les autres et envers la vie (envie, idéalisation).
  • Nous nous croyons victime des événements et avons l'impression de ne rien pouvoir faire ; nous croyons n'avoir eu aucune chance dans la vie, persuadés que les autres en ont plus que nous (victimisation). 

Ces pistes nous permettent de savoir que des distorsions cognitives s'acharnent contre nous. Et pour initier des changements positifs, nous devons absolument faire l'effort de ne pas nous mentir à nous-même. Il ne faut pas oublier qu'il est toujours plus facile d'identifier les problèmes des autres que les nôtres ! Alors si le but recherché est d'obtenir des informations pour corriger les distorsions cognitives, au lieu de nous demander pourquoi un problème survient, il est plus utile de savoir comment il s'exprime.

L'identification est démarche qui nous oblige à nous intéresser à nous-mêmes pour analyser nos pensées, nos réactions et comprendre ce qui ne va pas. C'est le premier pas à franchir pour arriver à éliminer ce qui nous rend malheureux.

2. La recherche d'informations et la correction des distorsions cognitives

Il n'est pas suffisant d'identifier les distorsions cognitives; il reste encore à y remédier ! Cette seconde étape nous invite à  remettre en question nos interprétations ainsi que nos conclusions fallacieuses.

Déconstruire le contenu négatif des problèmes identifiés à la première étape : Il s'agit d'abord de récupérer les éléments que nous avons identifiés comme étant à la source de nos malheurs, nous permettant ainsi de voir la façon dont nos distorsions agissent et ainsi de mettre consciemment un terme à leurs conséquences désastreuses. Cette remise en question souligne l'insuffisance de nos conclusions et leur jette un nouvel éclairage qui nous montre à quel point elles nous détruisent.
 
Rechercher des informations susceptibles d'enrichir et de corriger nos conclusions : Nous devons ensuite trouver de nouveaux éléments d'explication pour corriger les conclusions issues de nos distorsions. En posant un nouveau regard, nous sommes en mesure d'obtenir des conclusions plus nuancées et plus valides. Il s'agit simplement de trouver d'autres manières d'interpréter nos pensées, nos souvenirs négatifs et les situations que nous vivons. Voici quelques questions pour nous aider à y arriver : 

Interroger les informations à partir desquelles nous raisonnons : Est-ce que je dispose d'une quantité d'informations suffisante pour me permettre de conclure ? Par exemple, ce n'est pas parce que je n'ai pas réussi à atteindre mon objectif une fois que j'échouerai à chaque fois.

Interroger nos conclusions : Mes conclusions sont-elles valides ? Est-ce qu'elles m'apportent plus d'avantages que d'inconvénients ? Sont-elles réalistes ? Par exemple, est-ce bien constructif de conclure que les personnes que je rencontrerai à l'avenir ne me trouveront pas intéressant ?

Interroger les croyances qui nous rendent malheureux : Les informations dont je dispose me permettent-elles réellement d'aboutir à ma seule conclusion ? Existe-t-il d'autres possibilités ? Par exemple, ma collègue de travail m'a peut-être ignoré parce qu'elle était préoccupée par un problème personnel et non parce qu'elle me trouve insignifiant !

Author: Nicolas Sarrasin

Nicolas Sarrasin est l'auteur de plusieurs livres de psychologie et de développement personnel dont il offre maintenant l’ensemble du contenu gratuitement sur son site. Obtenez son ebook (pdf de 60 pages) et son programme "Objectif Développement", tous deux gratuits, à partir de cette page: www.nicolassarrasin.com/ressources.

Share This Post On

Pin It on Pinterest

Share This